Publicite

Insalubrité à Abidjan : à quand la fin?

Un sachet par ci, un bout de papier par-là, des mouchoirs lancés par-dessus la vitre, des trottoirs transformés en dépotoir d’ordures ménagères. Autant de comportements malsains auxquels l’on assiste lorsqu’on arpente les rues de la ville d’Abidjan.
Publicite

Une capitale économique censée être la vitrine du pays, Abidjan vient en tête des villes les plus sales de Côte d’Ivoire et ce pour les mauvaises pratiques auxquelles s’adonnent les ivoiriens au quotidien.
Des ordures sont jetées partout sauf dans les poubelles qui malheureusement ne sont pas toujours visibles ou si elles existent, sont carrément pleines de déchets qui ne sont pas vidés à telle enseigne que les usagers transforment les alentours en dépotoir.

Les rues et caniveaux sont érigés en urinoir à ciel ouvert ; où enfants, jeunes et adultes s’alignent et se soulagent en chœur et ce au vu et au su de tous. Malgré, les pancartes interdisant de le faire à cet endroit.
Et après l’on se plaint des maladies et autres virus dus à la saleté que l’on produit. Toutes les communes se ressemblent en la matière. De Cocody à Adjamé en passant par Yopougon c’est le même constat. Si vous n’êtes pas accueilli par un tas d’immondices ce sont des odeurs fétides qui vous disent le bonjour.
Abidjan, il faut le dire est sale, ne sent pas la rose et les ivoiriens se plaisent pour ceux qui ont effectué des voyages à l’extérieur, à citer certaines capitales voisines notamment Accra au Ghana et Ouagadougou au Burkina comme modèles de propreté.

Mais ce sont les Ghanéens et les Burkinabés qui ont rendu leur pays propre par des comportements sains et écologiques. Il ne s’agit pas seulement de parler comme aiment à le faire les ivoiriens, mais plutôt d’adopter de nouveaux comportements afin d’arriver à la propreté de ces capitales dont ils sont si fières. Car personne ne viendra le faire à leur place.
Lorsqu’on se met à la vitre de sa voiture, pour jeter un bout de papier, cela contribue à salir la ville, quand de la nourriture est vendue aux abords des caniveaux pleins d’ordures et le ballet incessant des mouches de l’un et l’autre côté ne gênent personnes le résultat est palpable. C’est la diarrhée, la fièvre typhoïde et le choléra qui règnent en maître.  Il importe aux ivoiriens de se faire eux-mêmes la police s’ils entendent un jour pallier ce problème.

Chose étonnante, c’est lorsqu’un riverain en interpelle un autre, lui interdisant de jeter des ordures. A l’autre de lui répondre en ces termes : " c’est toi qui va rendre Abidjan propre ?", ce n’est pas avec ce genre de réaction qu’Abidjan deviendra propre.
Heureusement qu’une politique de salubrité a été mise en place en vue de redorer le blason d’Abidjan partant, celui de la Côte d’Ivoire. Les populations doivent emboiter le pas au gouvernement afin de donner à Abidjan son lustre d’antan.

Evy D. / Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1361704 : 1.3 mb
MEMORY : 1264208 : 1.21 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.