Publicite

Insécurité à Abidjan : les populations vivent la peur au ventre

La peur se lit sur le visage des abidjanais lorsqu’ils se promènent dans les rues des villes de leur propre pays à cause des vols, agressions et braquages qui y ont cours. Abidjan peut être classé dans le top des villes du pays où l’insécurité cohabite avec les populations.
Il suffit de se rendre dans certaines communes de la capitale économique ivoirienne notamment Abobo et Adjamé. Par ailleurs, communes abritant les couches les plus défavorisées de la ville pour se rendre compte de l’atmosphère de peur qui subsiste. La cause de cette frayeur réside dans l’insécurité grandissante qui y règne.

Publicite
Dans les marchés, dans les rues et autres artères, soit ce sont les pickpockets qui vous prennent d’une manière ou d’une autre votre dû, soit ce sont les "microbes" entendez par là, des gamins âgés de 05 à 15 ans et plus, armés jusqu’aux dents qui vous dépouillent de tous vos biens. Pour les moins chanceux, ils se font charcuter par ces bambins sans aucune pitié. De ce problème, les villes de l’intérieur ne sont pas exemptes vu qu’elles subissent le même sort.

Le problème d’insécurité en Côte d’ Ivoire ne s’est pas arrangé avec la crise post-électorale qu’a connue le pays en 2011 surtout avec la circulation massive qu’il y’a eu à cette période. Aujourd’hui ces armes sont gardées soigneusement chez certains ex-combattants qui les utilisent à leur guise et ce malgré les nombreuses campagnes de désarmement qui ont été opérées. Toutes les communes d’Abidjan sont concernées par ce fléau qui gangrène le pays et contribue à attiser la peur chez les populations.

Téléphones, ordinateurs, argent, bijoux, produits électroménagers, tout y passe et ce peu importe l’endroit, car nulle part l’on se sent en sécurité. Les vitres des voitures sont brisées pour rentrer en possession des biens qui sont à l’intérieur. Des sacs sont incisés pour y retirer discrètement les objets qu’ils contiennent. Si ce ne sont pas des agressions à l’arme blanche qui sont faites pour récupérer le contenu.
De jour comme de nuit tout le monde est exposé et ce malgré le nombre de concours d’entrée dans les différentes écoles qui forme aux métiers des armes organisés chaque année en Côte d’Ivoire.
Où sont passés tous ces hommes en arme censés assurer la sécurité des biens et des personnes au quotidien. Est-ce un problème d’effectif ou de méthode de travail ? On se le demande bien, car ironie du sort, les corps habillés sont aussi victime d’agression. Mais si eux-mêmes sont des cibles de malfaiteurs, à quel saint devront se vouer les ivoiriens ?

Autant de mesure sont prises malheureusement, sans effet. Et les populations continuent de subir leur sort. Reste à savoir qui des malfaiteurs ou de l’Etat fait la loi ? Il importe que le gouvernement prenne le taureau par les cornes afin d’éradiquer ce phénomène du pays. Car une meilleure économie passe par la sécurité qui fera à coup sûr entrer des investisseurs.

Partant, permettre aux ivoiriens de ne plus vivre la peur au ventre.

Evy D. / Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1373776 : 1.31 mb
MEMORY : 1255816 : 1.2 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.