Publicite

La Liberté de la Presse est-elle possible ?

Huit journalistes, deux net-citoyens et un collaborateur tués depuis le début de l’année 2017 annonce l’organisation Reporters sans frontières (Rsf) pour la liberté de l’information sur sa page officielle. Triste constat dans un monde où l’on entend parler au quotidien de démocratie, de paix et de droits de l’homme.

Publicite

Écrire, beaucoup de jeunes en ont rêvé. Être de grands reporters, pouvoir dénoncer les travers de la société, interpeller les dirigeants, être au cœur de l’événement, faire partir de ceux qui diffusent l’information et être en un mot la voix du peuple sont autant de raisons qui ont poussé de nombreuses femmes et hommes à embrasser le métier de journalisme.

Aujourd’hui, c’est le stylo à la main, ou assis devant son clavier que le journaliste se demande ce que sera sa journée. La quête de l’information devenue un vrai périple, se jouera entre les tirs de canons sur les champs de bataille ou les bombardements au gaz lacrymogène qui très souvent se termine au poste de police.

Alors que l’article 15 de la déclaration des droits de l’homme stipule que "Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit."

Et malheureusement, les journalistes sont persécutés, arrêtés et souvent tués pour avoir exercé ce droit.
La liberté de la presse se porte de plus en plus mal, car rappelle l’organisation, "la liberté de la presse n’a jamais été aussi menacée." Suite à la publication du classement mondial 2017 basé sur l’intensité des violences contre les acteurs de l’information.

Il présente un rapport très peu reluisant au vu des efforts fournis par Rsf pour l’amélioration des conditions de travail des journalistes.
Pis, les journalistes sont de plus en plus menacés dans l’exercice de leur fonction qui se trouve aujourd’hui au cœur de nombreux débats.

Plusieurs raisons justifient cette situation ce sont notamment, la dictature de certains chefs d’États, les crises et guerres intempestives qui minent le monde.
La Côte d’Ivoire qui occupe cette année la 86è place n’est pas exempte car des quotidiens sont suspendus régulièrement et des journalistes reçoivent très souvent des menaces et se font arrêter dans l’exercice de leur fonction. Exemple, le 13 février dernier, six journalistes ivoiriens ont été arrêtés pour des raisons dit-on, d’incitation de soldats à la violence.

A quelques jours de la journée mondiale de la liberté de la Presse (3 Mai), l’on est tenté de se demander si la presse sera un jour, libre ?

Evy D. / Akody.com

 

Laisser un commentaire

PEAK : 1373512 : 1.31 mb
MEMORY : 1255408 : 1.2 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.