Publicite

Se loger à Abidjan : un véritable luxe pour les populations

"Six, huit, dix, douze mois de caution", c’est la triste réalité à laquelle est confrontée la population ivoirienne dans sa quête quotidienne de logement. Ne dit-on pas que le bien-être de l’homme réside dans le fait d’avoir un toit au-dessus de sa tête ? Si c’est le cas, c’est donc une nécessité pour l’homme d’avoir un endroit où se reposer après une dure journée de labeur.
Publicite

En Côte d’Ivoire, précisément à Abidjan c’est un luxe de pouvoir se loger convenablement. Les prix des loyers sont onéreux et varient en fonction des communes. Pour ce qui est des cautions c’est à croire que les propriétaires se sont passé le mot dans la mesure où c’est partout similaire. 

La caution minimum s’élève à six voire douze mois, pour un studio qui coûte environ 75 000f si vous êtes dans la commune de Cocody et environ 50 000 f pour les autres communes. Une maison de deux pièces, allez compter dans les 100 000 f. c’est déplorable pour une population à faible revenu mensuel.

Pourquoi des coûts aussi élevés ? Les propriétaires de maisons expliquent que c’est pour récupérer les fonds investis. Tandis que les locataires, eux crient au scandale. Où trouver une telle somme pour des personnes qui obtiennent des salaires qui tournent autour de 100 000 à 150 000f. Pour pallier ce problème, le gouvernement ivoirien a pris un décret réduisant ainsi la caution à trois mois, notamment, deux mois de caution et un mois d’avance. Malheureusement l’acte n’a pas suivi, cette loi est restée juste une loi et n’a été nullement appliquée.

A ce calvaire viennent s’ajouter, les agences immobilières qui en relation avec les propriétaires, se doivent de trouver des maisons à des locataires, à l’issue de ce contrat, le locataire à l’obligation de payer en plus de la caution, un mois de loyer à l’agence.

Quand on observe la situation précaire dans laquelle vit la majeure partie de la population ivoirienne, l’on n’est pas surpris de voir pousser comme des champignons, des bidonvilles dans la ville. Qui aimerait vivre dans une cabane en pleine ville ? Personne, il semblerait. Alors, il est primordial de trouver une solution adéquate à ce problème de logement afin de permettre au plus petit salarié abidjanais de vivre décemment.


Evy D. / Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1350328 : 1.29 mb
MEMORY : 1250768 : 1.19 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.