Vente des migrants en Libye : Le mutisme irresponsable et coupable des dirigeants africains

"Non à l’esclavage", "Nous sommes des humains, nous ne sommes pas des marchandises à vendre", "libérez nos sœurs, libérez nos frères …" ! sont, en autres, les mots de ras-le-bol que scandaient des jeunes ivoiriens dans les rues de la commune du plateau, la cité des affaires de la capitale de la Côte d’Ivoire ce lundi 20 novembre 2017.  



Pour fait, ceux-ci s’indignent de l’agissement de la Libye qui s’est érigée en vendeuse des migrants en esclavage. Aussi, veulent-ils attirer l’attention du monde entier et, surtout, des leaders et présidents africains sur cette pratique odieuse et dégradante. En effet, des commentaires sur des réseaux sociaux laissent croire que ces dirigeants africains s’intéressent peu à cette question d’immigration qui, depuis plusieurs années, met en péril des vies humaines.


Pour preuve, il a fallu, une enquête de la CNN, chaîne de télévision étrangère, avant que ceux-ci (les dirigeants africains, ndlr), réagissent. Fallait-il une investigation de la CNN pour découvrir ce qui se tramait dans ce pays arabe ? Les autorités africaines n’étaient-elles pas informées de cette pratique et du drame qu’elle occasionne depuis lors dans la vie des migrants en terre libyenne ? Comment est-ce possible ?! Comment ont-elles pu rester ‘’aveugles et muettes’’ à ce point ?

Nous nous expliquons difficilement le ‘’mutisme’’ et cette ‘’cécité’’ des dirigeants africains au sujet d’un phénomène qui touche depuis si  longtemps et d’aussi près nos populations, en terre africaine de surcroît ;   alors qu’à certaines occasions, certains ont proclamé "Je suis Charlie" après l’attaque du Charlie Hebdo pendant que d’autres ont organisé, en Afrique, des marches pour manifester leur mécontentement et soutenir les pays européens en détresse, comme ce fut le cas lors de l’attentat au Bataclan en France.


Pour l'esclavagisme dont sont victimes les Africains en Libye et certainement ailleurs, on se contente de faire des communiqués.  Il est clair que les problèmes africains sont relégués au second plan par les dirigeants africains eux-mêmes", dénoncent certains utilisateurs des réseaux sociaux. Avant d’ajouter, "si les ivoiriens se déplacent pour une vie meilleure, c'est parce que leur pays d'origine est précaire et la mauvaise gouvernance ne leur permet pas de se faire une place dans la société". C’est l’occasion d’interpeller les dirigeants africains sur la nécessité de mettre en place  dans leurs pays respectifs les politiques et infrastructures nécessaires  afin de réduire le taux de migrants. Et en appeler aussi à la notion de ‘’sens élevé du devoir et à la conscience aigüe des responsabilités’’ dont ils se prévalent tous avant d’être élus ou nommés. Le mutisme irresponsable et coupable dont ils font preuve s’apparente à une caution… Mais à quelles fins et au profit de qui ?

C’est également le lieu de rappeler aux potentiels candidats à l’immigration que le fait d’aspirer à un mieux-être ou de vouloir absolument aller à l’aventure ne devrait pas occulter en eux le fait de s’assurer d’un minimum de garanti au risque de s’engager dans des ‘’aventures sans lendemain’’.

Par ailleurs, faut-il indexer la Libye et son gouvernement ou juste les gérants de l’immigration dans ce pays ? Dans tous les cas, les actes qu’ils posent  en vendant aux enchères leurs semblables comme des esclaves est inhumain, dégradant, et haineux. Cela nous rappelle l’époque coloniale où les ‘’blancs’’ ont fait souffrir le martyr aux ‘’noirs’’. Les arabes de peau blanche se prendrait-ils pour des ‘’blancs’’ ? Un phénomène presque similaire est signalé en Mauritanie et ailleurs en Afrique.

Pauvre Afrique, tu souffres de tes enfants.  
 
Penouel D. et HL / Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1314744 : 1.25 mb
MEMORY : 1201856 : 1.15 mb