Publicite

Le succès du Tramadol en Afrique de l'Ouest, un dangereux antidouleur

Au Nigeria, les autorités ont saisi le mois dernier, près de 115 tonnes de médicaments interdits au port de Lagos. Il s'agit, selon les autorités, de six conteneurs remplis de Tramadol, un antidouleur, dont la vente est limitée et contrôlée à de faibles dosages. Cette saisie record témoigne de la vitalité de ce marché, qui concerne le Nigeria, mais aussi plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest où d'autres saisies ont été faites ces dernières années.
Publicite


Le Tramadol est un antidouleur, proche de la codéine et de la morphine, généralement prescrit en cas de forte douleur ou après une opération. Mais dans certains pays d’Afrique, il est majoritairement consommé pour tout autre chose.

Chercheur associé à l'institut Thomas More et au Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité (Grip), Antonin Tisseron relève qu’il y a plusieurs raisons pour expliquer l’attrait de cette substance auprès des populations.

A commencer par son prix. « C’est un produit qui est vraiment peu coûteux, donc un produit de base qui est disponible en grandes quantités dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest et qui coûte vraiment rien. »

Mais surtout, cet antidouleur est réputé pour augmenter la capacité de résistance à l’effort physique. « Il est associé, chez un certain nombre de personnes, à un médicament, à des images de force, de vigueur, souligne le chercheur. Un produit qui permet d’ignorer la douleur, qui permet de travailler plus longtemps, et ce qui fait que c’est un produit qui est considéré comme un produit 'bon' pour le corps, entre guillemets. »

Outre le Nigeria, d’autres saisies ont été effectuées ces dernières années, notamment au Bénin, au Ghana, au Sénégal et au Togo. « On est, en Afrique de l’Ouest, dans des pays où le Tramadol est un produit qui, jusqu’à 50 milligrammes en termes de dosage, est considéré comme un produit autorisé, mais on trouve dans des pharmacies dites "par terre", du Tramadol à 200-250 milligrammes, voire, selon certains, davantage. Donc là, un produit illégal au niveau du dosage. »

« C’est un produit qui a été retrouvé lors de certaines affaires terroristes, rappelle Antonin Tisseron. C’est un produit qui entraîne une ignorance du danger chez certains consommateurs ». Les experts considèrent que l’addiction au Tramadol peut également engendrer des troubles de la personnalité, des hallucinations ou des crises d’épilepsie.

RFI

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1746864 : 1.67 mb
MEMORY : 1500168 : 1.43 mb