Publicite

Santé : L’ASA-CI décide de la suspension du Tiers payant à partir de ce vendredi 3 août 2018 ; le SYNAMEPCI et l’ACPCI prennent note

Le tiers payant, dispositif social qui consiste, pour une personne en consultation médicale, à être dispensée intégralement ou partiellement des frais à régler immédiatement au praticien ou au pharmacien, ne sera plus en vigueur en Côte d’Ivoire à partir de ce vendredi 3 août 2018. En tout cas c’est ce qui ressort du communiqué de l’Association des Sociétés d’Assurances de Côte d’Ivoire (ASA-CI) publié par le quotidien gouvernemental Fraternité Matin, dans son numéro du jeudi 2 août 2018.   
Publicite

Le tiers payant n’est plus en vigueur jusqu’à nouvel ordre

Le mardi 31 juillet 2018, l’Association des Sociétés d’Assurance de Côte d’Ivoire (ASA-CI) a produit un communiqué dans lequel elle a informé sa clientèle qu’elle « a décidé de suspendre le Tiers Payant, à compter du 3 août 2018, et ce jusqu’à nouvel ordre pour toutes les compagnies membres » au motif que l’ACPCI (Association des Cliniques Privées de Côte d’Ivoire) et le SYNAMEPCI (Syndicat National des Médecins Privés de Côte d’Ivoire) n’ont pas respecté les accords signés par les différentes parties le 18 avril dernier. 
Pour rappel, les associations de cliniques privées et de médecins privés de Côte d’Ivoire, après moult menaces et malgré les accords d’avril avaient adopté en hausse, le 1er juillet 2018, une nouvelle tarification sur tous leurs services à l’endroit des patients assurés ou non.  

Le syndicat des cliniques privées prend acte

Hier jeudi 2 août 2018, l’ACPCI et le SYNAMEPCI ont dit avoir pris note de cette décision adoptée par l’ASA-CI. Dans un communiqué, en guise de réponse à l’ASA-CI, l’ACPCI et le SYNAMPECI, par la voix de leurs représentants respectifs ont informé qu’ils appliqueront les conséquences liées à l’annulation de ce tiers payant. Dans ce document signé des mains des Dr Madou One (1er vice-président du SYNAMEPCI) et Joseph Boguifo (président du conseil d’administration de l’ACPCI), les deux associations observent à l’endroit de leurs patients que : « Par conséquent nous vous invitons à exiger, de tous les adhérents concernés par cette mesure, le règlement intégral et cash des frais médicaux, et ce jusqu’à avis contraire de vos organisations professionnelles. ». 
Ainsi, les cliniques privées informent-elles par exemple que « la demande de rapport médical formulée par un patient sera facturée à hauteur de 15.000 (quinze mille) francs CFA ». 

Ne sont pas concernés

En revanche, tout le monde n’est pas concerné par la suspension du tiers payant comme l’ont d’ailleurs noté les différentes associations en conflits. De fait, l’ASA-CI, l’ACPCI et le SYNAMEPCI ont souligné que « Pour les patients des structures de couverture maladie et des mutuelles sociales, le tiers payant continue d’être appliqué conformément aux nouveaux tarifs en vigueur depuis le 1er juillet 2018 ». 

Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1720184 : 1.64 mb
MEMORY : 1494240 : 1.43 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.