Publicite

Santé : Présentation par l’OMS du réseau mondial de la qualité des soins maternels et infantiles

Une rencontre entre le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique et une équipe de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), représentée en Côte d’Ivoire par le Dr Jean Marie Vianny Yaméogo, a eu lieu lundi. L’ordre du jour était la présentation du réseau mondial de la qualité des soins maternels et infantiles.
Publicite

Réduire la mortalité chez la mère et l’enfant

 Lundi s’est tenu dans les locaux du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique, une rencontre entre ledit Ministère et une équipe du bureau de l’OMS à Abidjan dirigée depuis 2016 par le Dr Jean Marie Vianny Yaméogo. La partie ivoirienne était conduite par le Professeur Acka Joseph, directeur de cabinet du Ministre Aka Aouélé, à Séoul dans le cadre de la lutte contre les fistules obstétricales en Côte d’Ivoire.

La séance de travail de ce jour a porté sur la présentation du réseau mondial de la qualité des soins maternels et infantiles. Selon les responsables de l’OMS, ce réseau vise à améliorer la qualité des soins pour une réduction de la mortalité de la mère et de l'enfant. Il faut souligner qu'au niveau de l'Afrique 09 pays font partie de ce réseau dont la Côte d'Ivoire seul pays francophone.

Des chiffres alarmants en Afrique

En Côte d’Ivoire, le taux de mortalité chez l’enfant est très alarmant, comme dans la plus part des pays au sud du Sahara. En effet, selon l’UNICEF, en 2016, le taux de mortalité infantile en Côte d’Ivoire était de 108 décès pour 1000 naissances, soit 12 décès chaque heure.

De son côté, le Gouvernement affirmait en 2017 que ce taux s’était amélioré, se situant à 614 pour 100 000 naissances vivantes pour la mortalité maternelle et à 38 pour 1000 naissances vivantes pour la mortalité néonatale.

Toutefois, la Côte d’Ivoire se retrouvait, en 2018, dans le top 10 mondial des pays aux taux de mortalité maternelle les plus élevés.

C’est pourquoi, prenant le relais de Raymonde Goudou Coffie, le Ministre Aka Aouélé avait fait de la lutte contre la mortalité infantile et maternelle son cheval de bataille dès sa prise de fonction en juillet dernier. Pour lui, il ne faudrait plus qu’une mère perde la vie en donnant la sienne, de même qu’un enfant meurt à la naissance faute de soin de qualité.

Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1701456 : 1.62 mb
MEMORY : 1477720 : 1.41 mb