Siaka Koné, SG du SISFDD-CI : « Aucun agent de santé ne prête serment pour venir tuer la population »

C’est le samedi 12 juin 2021 qu’a eu lieu, la première assemblée générale extraordinaire (AGE) du syndicat des infirmiers(ères) et des sages-femmes pour la défense de leurs Droits de Côte d’Ivoire (SISFDD-CI), dans la salle des fêtes de l’UGTCI de Bouaké.


Au cours de cette AG, le secrétaire général du SISFDD-CI, Siaka Koné a évoqué la question de l’incarcération d’un médecin gynécologue et deux sages-femmes à Adzopé  après la mort le 6 mai 2021dernier de dame Zerbo Habi au moment de l’accouchement dans cette ville.

Après avoir présenté ses condoléances les plus attristées à la famille éplorée, M. Koné Siaka, a fait cette mise au point.

«  Nous avons fait le constat  que ces derniers temps, dès qu’il y a un incident dans un établissement, on arrête le personnel automatiquement. Nous disons que nous sommes à l’hôpital et que c’est l’hôpital qui offre un service.  Lorsqu’il y a un incident dans un hôpital, il faut que les responsabilités soient situées. Il y a des fautes détachables du service et les fautes non détachables du service. Pour les fautes détachables du service, il faudrait que le service prenne ses responsabilités »,a-t-il affirmé.

Le SG Siaka a ensuite dénoncé les conditions de l’arrestation de ces collègues d’Adzopé.

« On a eu le cas d’Adzopé. Quand  les faits se sont passés, l’émotion a fait, la pression sociale a fait, la pression des réseaux sociaux a fait que les décisions ont été prises que nous trouvons abusives et injustes. Notamment les décisions qui ont été prise au niveau administratif. », s’est-il exprimé, avant d’ajouter :

 C’est vrai qu’il y’a eu morts d’hommes,  mais aucun agent de santé ne prête serment pour venir tuer des populations. Personne ne se réveille le matin pour dire aujourd’hui, je souhaite avoir trois cadavres parmi mes patients. Quand nous allons à l’hôpital, c’est pour sauver des vies humaines. », a traduit comme ras-le-bol le secrétaire général du SISFDD-CI, Siaka Koné.

Le SISFDD-CI demande à cet effet, « la libération immédiate des sages-femmes et du gynécologue incarcérés à Adzopé, le rétablissement dans leur fonction et la restauration des droits administratifs des sages-femmes et du gynécologue incarcérés à Adzopé par l’annulation des sanctions administratives prises à leur encontre ».

Pour terminer, l’AGE a décidé de déposer « un préavis de grève à la date du lundi 21 juin 21 ; L’organisation d’un sit-in à la direction de l’INFAS à Abidjan ; à l’école de base et de spécialités sise au CHU de Treichville le 30 juin 21 ainsi que sur toutes les antennes à l’intérieur. Si aucune satisfaction entière et concrète n’est donnée à ces revendications, le SISFDD-CI appellera l’ensemble des infirmiers et des sages-femmes, à observer un arrêt de travail dès lejeudi14juillet 2021. », Stipule la résolution de cette rencontre remise à la presse.

M.K. Arnaud, Correspondant/Akody.com
Balise : SISFDD-CIsanté

Laisser un commentaire

PEAK : 1727216 : 1.65 mb
MEMORY : 1508328 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.