Publicite

Ahmad Ahmad président de la CAF : « la Côte d’Ivoire ne sera pas prête pour 2021 (…) 2021 au Cameroun, c’est confirmé »

Lors d’une interview accordée à la télévision panafricaine Afrique Média, maintenant en exil à Kinshasa (RDC), le président de la CAF le Malgache Ahmad Ahmad, a laissé entendre que la Côte d’Ivoire ne pourra pas être prête pour l’organisation de la CAN 2021. Fort de cela, et pour contenter tout le monde, les membres du comité exécutif de la CAF auraient décidé de décaler toutes les dates.
Publicite


Ahmad Ahmad justifier le retrait de la CAN 2021 au Cameroun

Face aux accusations de plus en plus féroces des Camerounais, suite au retrait de leur CAN en 2019, le Malgache Ahmada a jugé bon de se justifier sur les antennes d’Afrique Media. Pour lui, tout a été décidé sur la base de la transparence et selon les procédures de la CAF : « Lorsqu’on a fait des visites, on a pris des cabinets privés, Roland Berger, renforcé par l’administration technique et on a annulé même les membres du comité exécutif pour les visites d’inspection parce que nous sommes des politiciens. Et de deux on a monté une commission de spécialistes en sécurité, qui ont fait des visites. Ils sont partis voir et on s’est réuni parce que la date limite c’est ce mois-ci (…) Et à l’unanimité, les 20 membres sur 22 du comité exécutifs ont dit nous ne pouvons pas. Ce n’est pas possible aujourd’hui, pour cette année-là, d’organiser la CAN au Cameroun. », s’est défendu Ahmad Ahmad.

En effet, précise M. Ahmad Ahmad, « Les infrastructures sont à 50 ou 55% de la finition et nous ne pouvons pas aller dans un stade ou dans un hôtel qui vient de se terminer en menant 500 jeunes footballeurs professionnels. » pour des raisons sécuritaires évoquées par des spécialistes. En terme de sécurité justement, la CAF a encore en mémoire ce qui s’est passé à Cabinda, en Angola, en 2013. « Il faut prendre en compte l’histoire. N’oublions pas ce qui s’est passé à Kabinda (Angola) ; la CAF a payé lourd ce fait là. Donc nous ne pouvons pas nous amuser. Lorsqu’on est responsable il faut regarder les choses un à un, de manière générale, et prendre des décisions, même si ça nous fait mal de prendre ces décisions (…) », a rappelé le successeur d’Issa Hayatou.

 
Fort de tout ce qui précède, et brisant au passage les derniers espoirs de ceux qui pensaient que la CAF allaient revenir sur sa décision, le Malgache relève que : « Le règlement, c’est le comité exécutif qui l’a mis en place depuis l’ancien, alors on peut faire des entorses parce que le règlement, lorsqu’on la retire (ndlr : la CAN) on la retire complètement. On ne va pas redonner d’autres opportunités. ».

2021 au Cameroun, 2023 en Côte d’Ivoire

En effet, tout comme l’Angola en 2013, le Cameroun est actuellement en proie à une guerre de sécession dans l’ouest anglophone depuis 2016. La Côte d’Ivoire également, malgré sa stabilité apparente ne serait pas un exemple en matière de sécurité, au regard des récents soubresauts. Considérant ce facteur risque et surtout l’avancée des travaux, après la première et seule (pour l’heure) visite d’inspection en Côte d’Ivoire, le président de la CAF déclare, avec une certaine grimace qui dénote de son embarras que: « C’est pour ça qu’on a pris cette décision de décaler (ndlr : la CAN) parce qu’on a vu aussi que même la Côte d’Ivoire n’est pas prête pour 2021, ne sera pas prête pour 2021. »

Puis d’ajouter, « Pour arranger les choses de manière vraiment humaine, nous allons décaler toutes les CAN. Donnons plus de temps au Cameroun pour qu’il réalise les infrastructures et on va les accompagner de près. En 2021 ils seront prêts, on organise la CAN au Cameroun, et en 2023 on organise en Côte d’Ivoire. C’était la décision prise par le comité exécutif de la CAF ».

A la question de Manuelle Sike de savoir si 2021 c’est confirmé pour le Cameroun, Ahmad Ahmad répond que oui en « 2021 au Cameroun c’est confirmé ».

Aussi selon le Malgache Ahmad Ahmad, qu’on soupçonne de se venger d’Issa Hayatou (camerounais) parce que ce dernier a refusé l’organisation d’une CAN Junior à Madagascar, l’annulation de la CAN au Cameroun ne relève pas d’un règlement de compte personnel. Pour lui la gestion d’Issa Hayatou et ses relations avec celui-ci, c’est du Has been.

Enfin, le Malgache se dit prêt à se confronter au TAS (Tribunal Arbitral du Sport) que le Cameroun, spolié de sa CAN 2019, veut saisir.

Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1711768 : 1.63 mb
MEMORY : 1482152 : 1.41 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Akody.com utilise les cookies pour suivre et compter les articles que vous avez lus. Ceci nous permet d'informer nos partenaires qui font la publicité sur notre site. En continuant, vous acceptez les termes d'utilisation de notre site.