Publicite

Mr. Roger Ouégnin prévient : « le bâton risque de revenir, tel un boomerang, sur la tête de celui qui a lancé les hostilités en ouvrant cette procédure et … ça risque de faire mal … très mal. »

A la veille de la convocation de la commission de discipline de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF), émise à son encontre en fin de semaine dernière, le PCA de l’ASEC d’Abidjan, Me Roger Ouégnin, affiche sa sérénité et sa détermination à aller jusqu’au bout de la procédure disciplinaire en cours. Il prévient la FIF et son vice-président, Sory Diabaté, du retour du bâton qui, selon lui, fera très mal.
Publicite

Me Roger Ouégnin tape du poing sur la table

L’ASEC devrait répondre demain vendredi, 21 septembre 2018, à la convocation de la FIF qui a ouvert une procédure judiciaire contre son PCA, Me Roger Ouégnin pour divers motifs dont le refus de l’ASEC de participer à la Supercoupe Félix Houphouët Boigny et les réactions de ses dirigeants contre le « projet fédéral CJeune » et son administrateur. Le rendez-vous est prévu pour 14H30, au siège de la FIF. 

A la veille de la confrontation, Me Roger Ouégnin a fait une déclaration dans laquelle il tape du poing sur la table. « En ce qui concerne d'éventuelles sanctions, soyez certains que si elles devaient advenir de la part de la Commission de discipline de la FIF, nous utiliserons toutes les voies de recours possibles pour faire jaillir la vérité et la justice. 

Et le bâton risque de revenir, tel un boomerang, sur la tête de celui qui a lancé les hostilités en ouvrant cette procédure et … ça risque de faire mal … très mal. », a-t-il prévenu. Attaquant de front le vice-président de la FIF, M. Sory Diabaté, le très respecté PCA de l’ASEC Mimosas estime qu’il n’y a pas meilleur exemple de gestion catastrophique du football ivoirien que la sienne.


L’ASEC et la FIF à couteaux tirés

Les dirigeants de l’ASEC Mimosas et ceux de la FIF sont à couteaux tirés depuis au moins le mois de juillet. L’ASEC Mimosas a boycotté la finale de la Supercoupe Félix Houphouët Boigny sous le motif que la FIF lui devait encore des avoirs au titre de la saison 2017-2018 dont il fut le champion. 

A ce jour, le montant total des primes impayées s’élèvent à 59 millions FCFA puisque la prime du vainqueur de la coupe nationale, qui était de 10 millions, a été épongée par la FIF, expressément, en début septembre. L’ASEC d’Abidjan réclame le paiement immédiat de cette somme restante, mais pas que. 

Le club le plus titré de Côte d’Ivoire demande aussi que les responsables du football ivoirien respectent leurs engagements vis-à-vis des formations et des joueurs, parmi lesquels :

- la mise en place de l’assurance maladie des joueurs, des officiels et de leurs familles.
- la construction d’une clinique pour les joueurs et les dirigeants de clubs.

Comme l’avait annoncé en 2016, le vice-président.


Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1719768 : 1.64 mb
MEMORY : 1486872 : 1.42 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Akody.com utilise les cookies pour suivre et compter les articles que vous avez lus. Ceci nous permet d'informer nos partenaires qui font la publicité sur notre site. En continuant, vous acceptez les termes d'utilisation de notre site.