Sport : Présidence de la CAF, la FIFA proposerait l’union autour de Motsepe à la tête de la CAF

La FIFA aurait-elle trouvé un compromis entre les quatre candidats en lice pour la présidence de la CAF ? Le Sud-Africain Patrice Motsepe serait porté à la tête de la CAF, le Sénégalais Augustin Senghor serait son premier vice-président et le Mauritanien Ahmed Yahya, 2e vice-président. Quant à l’Ivoirien Jacques Anouma, il aurait un poste de conseiller spécial du président.   

La FIFA presserait trois des prétendants à se ranger derrière le Sud-Africain Patrice Motsepe pour l’élection de la présidence de la CAF. Selon ces sources, Augustin Senghor (Sénégal) et Ahmed Yahya (Mauritanie) seraient prêts à accepter la proposition de la Fédération internationale de football, s’ils renoncent à se présenter, le 12 mars, pour laisser la scène au milliardaire sud-africain, soutenu par Gianni Infantino, le président de la FIFA, ils seront 1er et 2e vice-présidents.

Jacques Anouma (Côte d’Ivoire), le quatrième candidat, se verrait proposer un poste de conseiller du président.

La décision autour du maintien ou non de chaque candidature n’est pas encore prise, chaque candidat ayant quitté le Maroc pour rentrer dans son pays et discuter avec les autorités. Ils doivent se retrouver le week-end prochain à Nouakchott (Mauritanie) lors de la finale de la CAN-U20, pour arrêter un choix.

En Afrique, beaucoup de gens du foot redoutent qu’une marionnette de la FIFA se retrouve sur le trône de la CAF, plutôt qu’un vrai président panafricain.

Qui sont les 4 candidats à la présidence de la Confédération africaine de football (CAF)

Qui sont les 4 candidats à la présidence de la Confédération africaine de football (CAF) ? Que proposent-ils une fois élu ? Incursion dans les différents plans d’activités des postulants à la succession d’Ahmad Ahmad.

L’Ivoirien Jacques Anouma, le Sénégalais Augustin Senghor, le Mauritanien Ahmed Yahya et le Sud-Africain Patrice Motsepe iront aux urnes, le 12 mars prochain à Rabat au Maroc pour le poste de président de la Confédération africaine de football (CAF). Ces 4 candidats ont dévoilé leur programme d’activités une fois élu à la tête du football africaine.

Anouma va s’appuyer sur 4 axes principaux

69 ans, Jacques Anouma, le candidat de la Côte d’Ivoire est le plus âgé de ses trois adversaires et le plus expérimenté. Le vendredi 19 février dernier à Abidjan, l’ancien président de la Fédération ivoirienne de football (FIF) de 2002 à 2011 qui se lance dans un dernier combat a officiellement présenté son programme.

L’Ivoirien, ancien président de l’Union de football ouest-africain (Ufoa) a bâti son projet de gouvernance autour de quatre axes principaux à savoir : La réforme de la gouvernance et la gestion de la Caf, le renforcement des capacités des acteurs locaux du football (associations nationales), la politique de rétablissement des équilibres financiers et la recherche de ressources financières, et la valorisation du jeu en tenant compte des arbitres et des techniciens ainsi que des compétitions. Les questions d’éthique doivent revenir au centre de nos ambitions pour le football africain afin d’afficher une institution forte et unie autour d’un idéal commun. « Il est temps de reprendre les choses en main et de privilégier notre sport-roi, il est temps de penser au rayonnement du football en Afrique », avait déclaré le candidat Anouma. « Mon projet s’intitule "Servir le football africain". Il traduit ma vocation qui est : servir et toujours servir. Si je suis élu, je me consacrerai entièrement à la tâche. C’est à un véritable programme de restauration de la CAF que je veux m’atteler. Restauration de son administration, ses ambitions, sa gestion, ses performances et son image. A la tête d’un comité exécutif soudé, solidaire, engagé et responsable de ses choix, nous parviendrons à faire du football africain une référence dans le monde. Pour cela, 3 valeurs seront au cœur de toute notre action : la modernité, la responsabilité et la transparence », avait-il promis.

Augustin Senghor : « Tout changer et gagner le match à ne pas perdre »

« Je me présente comme favori à l’élection de la Caf », dixit le candidat sénégalais devant l’assistance présente au Cap-Vert, lors de sa conférence de presse pour présenter son programme à Praia le 23 janvier dernier.

Des mots forts qui qualifient l’ambition du président de la Fédération sénégalaise à œuvrer pour l’évolution du football africain. Augustin Senghor a dévoilé, selon le site Aps, les différents axes prioritaires d’action de son programme dans le cadre de l’élection de la présidence de la Caf.

Suite à l’assemblée générale de l’Ufoa-A, qui s’est tenue un peu plus tôt dans la matinée de ce samedi 23 janvier, Me Senghor a dévoilé son programme pour briguer le fauteuil tant convoité. Un programme qu’il articule autour de quatre axes majeurs, Gouvernance, Développement des compétions, Gestion financière et commerciale et Partenariats et onze engagements phares pour « tout changer et gagner le match à ne pas perdre ». Quatre axes majeurs dominent son programme. A savoir : La gouvernance exécutive, administrative et juridique, pour une gouvernance inclusive, transparente et responsable.

Nécessitant une réforme de l’ensemble du cadre juridique et décisionnel, la restructuration du mode de fonctionnement du comité exécutif et la modernisation de l’administration de la Caf. Au plan du développement des compétitions et du football de base : pour une revalorisation de la pratique du football à tous les niveaux et pour tous. Avec la professionnalisation des clubs, l’harmonisation du calendrier des compétitions internes avec l’international… Au plan de la gestion financière et commerciale : pour une plus grande efficacité et autonomie financière axée sur une vraie capacité de mobilisation de ressources modernes dans le respect du comportement éthique, de la transparence et de la responsabilité. Au plan des partenariats institutionnels et des relations extérieures : Avec l’appui de la FIFA, l’accompagnement des États et gouvernements africains en plus d’une collaboration avec les autres fédérations de football.

Ahmed Yahya, un programme en 7 points majeurs

Le candidat à la présidence de la Caf, le Mauritanien Ahmed Yahya a dévoilé, lors d’une conférence de presse tenue à Nouakchott en marge de la CAN des U 20, son programme d’activités comme étant "un engagement", élaboré en sept points. Dans ses engagements, il a évoqué faire la part belle "aux joueurs, aux clubs et aux fédérations qui sont au cœur de toute action". Il a évoqué également "la décentralisation de la CAF pour plus d’efficacité et de proximité avec les associations membres". Il a aussi parlé "des infrastructures de meilleure qualité pour l’éclosion des talents et l’attractivité de ses compétitions" ; "des compétitions de meilleure qualité et une approche plus inclusive" ; "une Caf moderne et avant-gardiste". Le dirigeant mauritanien a par ailleurs proposé plus de ressources financières, plus de programmes pour plus d’impact" et la "formation du capital humain, le développement des talents d’une Afrique fière et l’espoir d’un avenir meilleur".

Le Sud-Africain Motsepe plaide pour une CAN tous les 2 ans

Patrice Motsepe, le candidat de l’Afrique du Sud a évoqué une CAN tous les 2 ans dans son programme de campagne qu’il a dévoilé, le 25 février dernier. « Je pense que la CAN devrait rester tous les 2 ans », a-t-il insisté.

Pour Moptsepe, l’aspect financier le pousse à privilégier, pour le moment, une CAN organisée tous les 2 ans plutôt que tous les 4 ans même si ce point précis ne figure pas dans son programme. « Nous devons restructurer la Coupe d’Afrique des nations dans les deux années qui viennent. Il y a eu des discussions pour savoir si elle devrait se dérouler tous les 4 ans ou tous les 2 ans. Personnellement, au départ, je pense qu’elle devrait rester tous les 2 ans. Nous avons besoin de l’argent des compétitions de la CAF ! ». Des réflexions auront toutefois au lieu au sujet de la CAN et des autres événements.

Patrice Motsepe en a profité pour répondre à certaines inquiétudes en Egypte et au Maroc, deux poids lourds du foot africain. « Il n’y a pas d’intention de déplacer le siège de la CAF du Caire en Afrique du Sud », a-t-il insisté. Et il n’est pas là pour nuire aux intérêts marocains ou ceux d’un autre pays. « Je veux utiliser le sport pour unir l’Afrique », lance-t-il sur le site de RFI. Patrice Motsepe affirme avoir été plutôt frileux lorsqu’on est venu le chercher pour tenter de succéder au Malgache Ahmad, à la tête de la CAF. Mais le voilà décidé à réformer l’institution au pas de charge afin que le foot africain devienne « le meilleur du monde ».


Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1748872 : 1.67 mb
MEMORY : 1528808 : 1.46 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.