Publicite

Accusée de dopage après ses victoires au Championnat d’Afrique d’Athlétisme, Marie Josée Ta Lou contre-attaque : « Je ne connais pas le dopage ».

La sprinteuse ivoirienne en forme du moment, Marie Josée Ta Lou, a ébloui le Championnat d’Afrique d’Athlétisme en remportant deux médailles d’or, l’une au 100 m et l’autre au 200. Elle a tellement écrasé la concurrence que les rumeurs ont commencé à se répandre sur son compte. L’on accuse l’athlète ivoirienne de se doper, ce qui justifierait ses performances exceptionnelles.   

Marie Josée Ta Lou un trop impériale ? 

Marie Josée Ta Lou, la flèche du moment, n’a fait qu’une bouchée de ses adversaires pendant le Championnat d’Afrique d’Athlétisme qui s’est tenu du 1er au 5 août 2018 à Asaba, au Nigéria. L’Ivoirienne s’est adjugé l’or au 100 m et au 200 avec des chronos respectifs de 11’15 et 22’50. C’était le jeudi 2 août pour le 100 m et le dimanche 5 août pour le 200. Marie Josée Ta Lou a écrasé la concurrence à chacune de ses courses, un peu trop même. Elle avait même paru impassible devant les micros et les caméras, alors qu’elle sortait de courses formidables. Il n’en a pas fallu davantage pour alimenter les rumeurs sur un possible dopage de la coureuse. 

L’athlète dit ne pas connaître le dopage

Comme c’est souvent le cas quand un athlète s’impose un peu trop facilement, des suspicions sont nées de la belle série de victoires de Marie Josée Ta Lou. Cette série a commencé, il y a deux semaines, par la Diamond League de Monaco avec l’or décroché face au gotha du 100 m mondial. Elle s’est poursuivie à Asaba avec deux médailles d’or sans frémir une seule fois. Alors tout le monde pense que l’athlète ivoirienne se dope surement. En réaction aux rumeurs Marie Josée Ta Lou a fait une déclaration, photo de son entrainement à l’appui pour convaincre de son éthique : « Je suis l’athlète la plus clean. Je suis née talentueuse. J’ai travaillé pour atteindre ce niveau. J’ai connu la galère donc ceux qui me parlent de dopage peut-être que ce sont eux qui se dopent. Je m’entraîne dur. Et quand je dis je m’entraine dur, c’est vraiment dur. Je sais ce que je fais. J’ai un talent naturel. Je ne sais pas ce qu’on appelle dopage. Ceux qui pensent que je me dope, je les invite à mes entraînements. ». 
Marie Josée Ta Lou serait-elle victime de ses succès fulgurants ? Seule l’Agence anti-dopage pourrait faire toute la lumière si bien sûr elle prend au sérieux ce qui raconte.

Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant /Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1694056 : 1.62 mb
MEMORY : 1470000 : 1.4 mb