Battue, Marine Le Pen n'a pas tout perdu

Battue dans les urnes, Marine Le Pen se positionne désormais comme la "première force d'opposition" à Emmanuel Macron. Déjà en congé du Front national, elle a d'ores et déjà annoncé une "transformation profonde" du parti d'extrême droite.

Marine Le Pen n'a pas tout perdu. Loin de là. Alors que la candidate à l'élection présidentielle a recueilli 34,9 % des voix au second tour face à Emmanuel Macron, elle s'est présentée dimanche 7 mai au soir, comme la chef de file de "la première force d'opposition au projet du nouveau président".

"Le premier tour a entériné une décomposition majeure de la vie politique française par l'élimination des partis anciens", a-t-elle déclaré dans une allusion au Parti socialiste et aux Républicains, dont les candidats ont été évincés dès le premier tour.

"Ce second tour organise une recomposition politique de grande ampleur autour du clivage entre les patriotes et les mondialistes", a-t-elle ajouté. "Le Front national, qui s'est engagé dans une stratégie d'alliance, doit lui aussi profondément se renouveler, afin d'être à la hauteur de cette opportunité historique et des attentes des Français", a encore déclaré Marine Le Pen.

"Je proposerai donc d'engager une transformation profonde de notre mouvement afin de constituer une nouvelle force politique que de nombreux Français appellent de leurs voeux."

A près le premier tour, Marine Le Pen s'est mise en congé de la présidence du FN, qu'elle dirigeait depuis 2011. Deux lignes idéologiques, respectivement incarnées par le vice-président du parti, Florian Philippot, et Marion Maréchal-Le Pen, plus traditionaliste, pourraient désormais s'affronter aux dépens de l'entreprise de "dédiabolisation" menée par Marine Le Pen. Elle n'a pas donné de précision sur la forme que prendrait son parti à l'issue de cette "transformation".

Une nouvelle force politique ?

Florian Philippot a lui aussi annoncé sur le plateau de TF1 que le parti allait "se transformer en une nouvelle force politique qui, par définition, n'aura plus le même nom". "Le Front National va évoluer, il va profiter de cette dynamique de rassemblement", a encore déclaré le vice-président du FN.

Évoquant le "combat" à venir des élections législatives, il estime que "les choses sont claires : le choix de la France, il est derrière cette alliance républicaine et patriote", portée par Marine Le Pen et son allié Nicolas Dupont-Aignan.

Le sénateur FN David Rachline abonde dans le même sens, considérant que "Marine (Le Pen) prend la tête du combat pour les législatives".

"Les autres forces politiques qui ont appelé à voter Macron dès le soir du premier tour se sont elles-mêmes discréditées", a-t-il encore ajouté dans une déclaration à l'AFP, en estimant qu'elles n'avaient "aucune légitimité pour organiser l'opposition face à la politique désastreuse que va mener Macron".

Avec AFP et Reuters

Laisser un commentaire

PEAK : 1722472 : 1.64 mb
MEMORY : 1508712 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.