Publicite

Frictions russo-américaines: à Moscou, on salue le geste habile de Poutine

C'est une décision saluée par Donald Trump, qui parle d'un homme « très intelligent ». Vladimir Poutine a joué l'apaisement, dans la crise qui oppose en ce moment les Etats-Unis et la Russie. L'administration Obama, reprochant à Moscou d'avoir interféré dans la campagne présidentielle américaine, a annoncé l'expulsion de 35 agents russes de son sol, entre autres. Mais en réponse, le président russe s'est contenté de lui souhaiter une bonne année 2017. Les Russes semble aprouver.
Publicite
Après l'annonce musclée lancée par Washington - notamment l'expulsion de 35 agents des services de renseignement russes avec leurs familles, la fermeture de deux sites utilisés par Moscou sur le sol américain, ou encore d'autres mesures qui ne seront pas rendues publiques -, on pouvait imaginer que des contre-mesures allaient être prises par Moscou. Le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov l'avait d'ailleurs rappelé : « La réciprocité est la règle de la diplomatie dans les relations internationales. »

Sauf que Vladimir Poutine n'expulsera « personne » et ne prendra pas de mesure particulière. Le président russe, qui sait que le temps joue en sa faveur avec l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche en janvier, assure « ne pas vouloir tomber au niveau d'une diplomatie irresponsable ». La Russie se réserve « le droit de prendre des mesures », mais dans l'immédiat, l'impératif demeure inchangé pour Moscou : « Restaurer les relations russo-américaines au vu de ce que sera la politique du président américain élu ».

Les Russes satisfaits de pouvoir se présenter sous leur meilleur jour

Au lendemain de ce pied de nez, l'opinion russe, semble-t-il, est majoritairement d'accord avec le patron du Kremlin, selon notre correspondant à Moscou, Etienne Bouche. Pourtant, en Russie, la critique des Etats-Unis est presque une discipline olympique, et c’est pourquoi l’application du principe de réciprocité défendu par le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov semblait naturel. Une série de mesures étaient prêtes. Mais en cette période de fin d’année, la décision apaisante de Vladimir Poutine fait manifestement consensus.

Le président russe apparaît finalement comme le plus sage, celui qui refuse d’entrer dans le jeu américain, alors qu'à la télévision, la diplomatie états-unienne est généralement présentée comme belliqueuse. En Russie, on s’intéresse désormais aux conditions de retour des citoyens expulsés du sol américain. Selon la porte-parole de la diplomatie Maria Zakharova, 96 personnes vont revenir au pays. Moscou a annoncé l'envoi d'un avion spécial parti chercher ces diplomates et leurs familles. Mme Zakharova s’inquiète notamment pour la scolarité des enfants, bousculés pendant leurs vacances de Noël...


rfi.fr
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1724096 : 1.64 mb
MEMORY : 1493968 : 1.42 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.