International : Le discours mémorable du Président Ghanéen Nana Akufo-Addo sur la diaspora africaine, « le moment est venu pour nous de prendre notre destin en main »

Le chef de l'Etat ghanéen Nana Akufo-Addo a livré un discours mémorable le 11 juillet 2019 au cours du dialogue initié avec les diasporas africaines par son homologue français Emmanuel Macron.  Devant quelque 400 membres de la diaspora africaine présents à l'Élysée, le président ghanéen Nana Akufo-Addo a plaidé pour une Afrique autonome, forte et non assujettie à l’aide occidentale.


« L'Afrique et l'Europe sont des partenaires naturels, tout comme cette petite bande d'eau méditerranéenne qui nous sépare tous les deux », a-t-il lancé, insistant sur la responsabilité de l’Afrique de tracer sa propre voie.
« Nous ne disons pas que nous tournons le dos au monde. Non, nous ne pouvons pas faire cela. Nous vivons sur la même planète. Nous avons besoin de l'association et du partenariat avec des pays comme la France, les technologies qu'ils ont développées ici, leur savoir-faire dans tant de domaines », a-t-il suggéré.

Pour le président ghanéen, l’heure est venue pour l’Afrique de s’appuyer sur ses avoirs, ses forces vives, afin de devenir elle-aussi, un vivier d’aide non seulement pour ses populations, mais aussi pour d’autres parties du monde en difficulté.

« Il ne peut pas être juste que le continent qui a prétendument les ressources les plus riches de tous les continents du monde soit aussi le foyer des populations les plus pauvres du monde. Cette déconnexion n'est pas une bonne déconnexion et nous devons travailler pour la changer », a-t-il plaidé.

Le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, a estimé que "le destin" de tous les afrodescendants était "lié" au continent africain. « Il y a (...) une chose qu’il vous faut garder à l’esprit. (…) Le destin de toutes les personnes noires, où qu’elles se trouvent dans le monde, est lié à l’Afrique ». Et de poursuivre : « Une Afrique qui réussit élève le statut de tous les citoyens du monde d’origine africaine et améliorent la façon dont vous êtes perçus, dont on vous regarde ».
« Disons-nous, le moment est venu pour nous de prendre notre destin en main », a-t-il déclaré.

Le Discours du Président ghanéen Nana Akufo-Addo

« Je pense que les choses qui nous ont amenés ici aujourd'hui nous en disent long sur le développement de notre continent africain. Je commence par dire que la place de la diaspora, le statut de la diaspora africaine est intimement lié à ce qui se passe sur le continent. Et l'Afrique forte et performante transforme votre position et votre statut ici en Europe. Mais c’est l’Afrique qui continue de vivre le récit de la pauvreté, des enfants affamés, qui traversent le Sahara en faisant des bateaux branlants et mourants à Nampa Suda pour aller en Europe. Cette Afrique n'est pas un récit qui va nous aider ici. Alors entre vous et nous, notre tâche principale est une transformation du continent.

Et pourquoi je le dis, juste un exemple simple. La diaspora chinoise est censée compter quelque 60 millions de personnes. Et dans l'écurie d'État, ils constituent le 25e pays au monde. De même que les 52 milliards d'investissements étrangers qui sont allés en Chine dans les années 80 et 90 ont transformé la Chine en celle d'hier, le hub manufacturé du monde. De ces 50 pour cent, 26 pour cent provenaient de la communauté chinoise d'outre-mer. Et ce développement de la Chine qui a eu lieu a changé l'état de la position des Chinois dans le monde entier. Je veux donc que vous preniez ces statistiques très au sérieux, car c'est le lien transformateur que nous voulons établir avec la diaspora africaine.

Comment l'impliquer dans le développement du continent. Nous devons nous éloigner de l’idée qu’il y a quelque part un Père Noël qui viendra développer notre continent pour nous. Le Père Noël n'existe pas, il n'y a que nous qui allons pouvoir développer notre continent.

Alors, cela doit être notre nouvelle mentalité, nous devrons le faire nous-mêmes. Alors nos relations avec les autres peuples deviendront plus structurées et partiales. L'Afrique et l'Europe sont des partenaires naturels, tout comme cette petite bande d'eau méditerranéenne qui nous sépare tous les deux. Donc, quand vous regardez et que vous regardez aussi l'histoire de ce qui s'est passé entre l'Afrique et l'Europe, c'est une relation naturelle et une alliance naturelle. Mais une relation qui doit être différente de la relation que nous avons eue jusqu'à présent. Pourquoi je dis ça? Cette relation a enrichi l’Europe mais n’a pas enrichi l’Afrique. Nous devons donc changer cette dynamique et nous ne pouvons le faire qu'en prenant la bonne mesure pour notre avenir. C’est cela mon objectif. C’est pourquoi je suis heureux de la possibilité d’avoir cette rencontre, que nous puissions tous commencer à parler le même langage. Le langage de la coopération, le langage de la collaboration mais dans un autre but.

 Il ne peut pas être juste que le continent qui a prétendument les ressources les plus riches de tous les continents du monde soit aussi le foyer des populations les plus pauvres du monde. Cette déconnexion n'est pas une bonne déconnexion et nous devons travailler pour la changer. Donc, quand nous parlons du besoin d'autosuffisance, c'est parce que c’est particulièrement important. C’est de reconnaître que nous avons des ressources, nous avons la population la plus jeune du monde, 25% de la population a moins de 19 ans. Une énorme quantité de ressources potentielles, et une fois que nous avons fait l'éducation, nous trouvons les moyens de faire l'éducation de cette population et de lui donner des compétences, nous mettrons l'Afrique sur la voie d'une croissance économique très très forte. Nous pouvons reproduire ce qui a été fait en Asie. Si comme eux, nous maintenons la discipline et l'analyse correcte de ce que nous devons faire pour faire avancer notre continent. Mais vraiment, s'ils ont pu en Asie en une génération transformer la vie de centaines de millions de Chinois, de centaines de millions d'Indiens, pourquoi ne pouvons-nous pas reproduire ce même phénomène sur notre continent ? Nous pouvons le faire et il ne fait aucun doute que certains d'entre vous ici peuvent apporter une contribution importante à cette transformation que nous recherchons tous. Et quand nous disons cela, il est très important que nous le reconnaissions.

Nous ne disons pas que nous tournons le dos au monde. Non, nous ne pouvons pas faire cela. Nous vivons sur la même planète. Nous avons besoin de l'association et du partenariat avec des pays comme la France, les technologies qu'ils ont développées ici, leur savoir-faire dans tant de domaines. Toutes ces choses, sont des matières que nous pouvons associer avec profit et dont nous pouvons profiter. Mais tout cela, toujours dans une compréhension, c'est à nous de définir la relation que nous voulons avec le reste du monde. Nous ne devrions pas être rattrapés dans le langage narratif qui dit que nous sommes des appendices de la pensée d’autrui, les politiques des autres sont la volute du peuple. Cela ne nous aidera pas.

Alors, Monsieur le Président, disons-nous, le moment est venu pour nous de prendre notre destin en main. Ce n’est pas six décennies que le mouvement indépendantiste a balayé l’Afrique. Et ceux qui la laissent faire, étant entendu que l'indépendance n'apportera pas une liberté à un État souverain, mais nous fournirait également la base de la transformation sociale et économique de nos pays. Cela n’a toujours pas été le cas, mais les indicateurs sont très très positifs vers l’avenir et il existe plusieurs pays sur le continent. J'aurais beaucoup de problèmes si je commençais à identifier, alors je ne devrais mentionner et je ne mentionnerai personne, mais il y en a plusieurs sur le continent que vous pouvez visiblement voir sur la bonne voie pour ce que nous devons faire.

Pour conclure, il y a juste une chose que je veux dire à mes frères et mes sœurs de la diaspora africaine dans cette salle, quand vous entendez la manière dont il y a beaucoup d'inquiétude sur le statut de certains en France et certaines barrières, il y a une chose que vous devez tous vous rappeler, et j'espère que vous l'associerez à moi. Le destin de tous les Noirs, où qu'ils soient, est lié à l'Afrique. Permettez-moi de répéter cela; le destin de tous les Noirs du monde est lié à l'Afrique et l'Afrique performante élève le statut de tous les Noirs du monde entier, et l'Afrique non performante perpétue la situation des Noirs dans le monde. Alors merci pour cette opportunité de venir vous parler. », a-t-il déclaré.

Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1720048 : 1.64 mb
MEMORY : 1501608 : 1.43 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.