Libération de Djibril Bassolé: Son parti politique veut solliciter la médiation d'Abidjan

Interrogé sur le vote des Burkinabè de l’extérieur en 2020, M. Kouda a indiqué qu’il y a de quoi « douter ». « Nous entendons de voir. Cependant nous poursuivons l’installation de sections en Côte d’Ivoire ».      

La section ivoirienne de la Nouvelle alliance du Faso (Nafa-Ci), parti politique de Djibril Bassolé, ex-ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso a annoncé, ce samedi 03 septembre 2016, à Abidjan-Plateau, que la direction de ladite formation entreprendra une tournée sous peu en Côte d’Ivoire.

Après ces avocats qui multiplient les recours pour tenter d’obtenir la remise en liberté provisoire de M. Bassolé, c’est donc au tour de la Nafa Côte d’Ivoire de monter au créneau.

Selon Kouda Saïdou, secrétaire général adjoint de la section ivoirienne, il n’est pas exclu que les autorités ivoiriennes soient sollicitées pour une médiation en vue de sa libération.

Le chef de la diplomatie du Burkina sous le Président Blaise Compaoré a été arrêté le 29 septembre 2015. Il est incarcéré, à la maison d’arrêt et de correction des armées (Maca) de Ouaga dans le cadre des enquêtes du coup d’Etat manqué de septembre 2015.

« La section Nafa réitère son soutien total à son leader et souhaite que la lumière soit faite afin de lui permettre de retrouver la liberté le plus rapidement possible », a déclaré M. Kouda au cours d’une conférence de presse.

Pour lui, il y va de la crédibilité de la justice burkinabè car la « détention de M. Bassolé n’a plus sa raison d’être ». Et ce, au regard de la « contestation de la validé juridique des supposés écoutes téléphoniques, le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro et lui en soutient au Général Dienderé lors de sa tentative de coup d’Etat.

Les membres du bureau de Nafa-CiSelon le Nafa-Ci si cet élément versé au dossier a été réglé par la voie diplomatique pour disculper le président Soro, il y a lieu donc pour la justice burkinabè de prononcer un non-lieu. Poursuivant M. Kouda croit savoir qu’un autre chef d’accusation a été versé au dossier s’agissant d’une communication que M. Bassolé aurait eu avec le « Chef d’une région militaire qui faisait mouvement vers Ouagadougou pendant la tentative de putsch du général Dienderé ».

Après avoir salué le réchauffement diplomatique entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso à travers la reprise à travers le Traité d’amitié et de coopération (Tac) entre les deux pays, il a appelé le Président du Faso (Pf), également ministre de la défense, Roch Marc Christian Kaboré à créer un « climat de paix et de tolérance » dans son pays en permettant « à la justice militaire enfin que le Général Djibril Bassolé retrouve la liberté ».

S’agissant de l’état d’esprit de leur leader qui séjourne à la Maca, la secrétaire générale de Nafa-Ci, Josephine Kantiono a révélé l’avoir rencontré récemment et soutenu qu’il se porte bien. « A ce jour, son moral est haut. Il est détenu dans de bonnes conditions et bien traité », a-t-elle témoigné.

Interrogé sur le vote des Burkinabè de l’extérieur en 2020, M. Kouda a indiqué qu’il y a de quoi « douter ». « Nous entendons de voir. Cependant nous poursuivons l’installation de sections en Côte d’Ivoire ».

CHEICKNA D. Salif
fratmat.info

Laisser un commentaire

PEAK : 1699816 : 1.62 mb
MEMORY : 1496736 : 1.43 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.