Publicite

Mali : L’ancien président du Mali Moussa Traoré, est décédé ce mardi

Moussa Traoré, ancien président à la tête du Mali de 1968 à 1991, renversé par un coup d’Etat militaire, est décédé mardi à l’âge de 83 ans. Feu Moussa Traoré communément appelé GMT par ses proches et partisans est né le 25 septembre 1936 à Sébétou dans la région de Kayes. Moussa Traoré, alors lieutenant, avait été le principal promoteur du coup d’Etat du 19 novembre 1968 qui avait renversé le président Modibo Keïta, au pouvoir depuis l’indépendance en 1960. Il était devenu président de la République un an plus tard et aura exercé un pouvoir quasiment sans partage pendant plus de 22 ans ; avant d’être renversé en mars 1991. Condamné à mort, il avait été gracié en 2002 par l’ancien président Alpha Oumar Konaré.   
Publicite

« J’ai appris avec beaucoup de consternation le décès du Général Moussa Traoré, ancien Président de la République du Mali. Je m’associe aux prières pour le repos de son âme et témoigne des relations d’amitié et d’estime que nous avons nouées depuis plusieurs années », a réagi Soumeylou Boubeye Maïga.

Moussa Traoré ; le tombeur du « père de l’indépendance »

Moussa Traoré avait fait irruption sur le devant de la scène politique malienne en novembre 1968. S’appuyant sur un mécontentement populaire grandissant à l’égard de Modibo Keïta, un groupe de jeunes officiers, dont faisait partie le lieutenant Moussa Traoré, renverse le « père de l’indépendance » malienne, le 19 novembre. Les putschistes mettent en place un Comité militaire de libération nationale (CMLN), qui abolit la Constitution et instaure un régime d’exception. D’abord président du CMLN, Moussa Traoré devient officiellement président de la République le 19 septembre 1969.

Le 17 mars 1991, plusieurs partis et associations politiques défilent dans la capitale en mémoire d’un leader étudiant assassiné le 17 mars 1980. Quelques jours plus tard, le 22 mars, ces organisations contestataires mettent sur pied un comité de coordination des associations et des organisations démocratiques, plus communément appelé « Mouvement démocratique ». Les manifestations sont réprimées dans le sang : 200 personnes ont été tuées pendant ces événements.

Le 26 mars 1991, plusieurs officiers montent un coup d’État, arrêtent Moussa Traoré et mettent en place un Comité de transition pour le salut du peuple dirigé par le lieutenant-colonel Amadou Toumani Touré (ATT). Le désormais ex-président est emprisonné et condamné à mort en 1993. Son successeur, Alpha Oumar Konaré, commue sa peine en prison à la perpétuité puis le gracie finalement en 2002.

Moussa Traoré et l’actuelle crise malienne

Au début de la présente crise politique malienne, c’est chez lui que s’étaient retrouvés l’imam Mahmoud Dicko, figure des manifestations qui secouaient Bamako depuis le début du mois de juin, Ibrahim Boubacar Keïta, alors président, Boubou Cissé, son Premier ministre.

Plus récemment, c’est Assimi Goïta, le chef du Conseil national pour le salut du peuple (CNSP), arrivé au pouvoir à la faveur du coup d’État du 18 août dernier, qui était venu lui rendre visite à son domicile. Moussa Traoré avait par la suite expliqué lui avoir prodigué des conseils.


Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1759440 : 1.68 mb
MEMORY : 1531800 : 1.46 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.