Publicite

Météorologie : Le kilogramme a changé de définition depuis lundi

Décidée lors de la 26e Conférence générale des poids et mesures à Versailles, du 13 au 16 novembre 2018, la nouvelle définition du kilogramme est entrée en vigueur ce lundi 20 mai, à l’occasion de la Journée mondiale de la météorologie. Le kilomètre sera désormais fixé à partir de la constante de Planck.
Publicite

Depuis lundi 20 mai, le kilogramme n’est plus défini par le « grand K », mais la constante de Planck, du nom du physicien allemand Max Planck, qui en fixa les règles.

Qu’est-ce que le « grand K » ?

Jusqu’alors le kilogramme était défini comme égal à la masse du « grand K », un cylindre fait de platine et d’iridium et conservé dans un coffre-fort, sous trois cloches de verres, placé dans un sous-sol du Bureau international des poids et mesures (BIPM) installé au parc de Saint-Cloud (sud-ouest de Paris). Seuls trois hommes possèdent la clef de ce coffre-fort et doivent être tous trois réunis pour l’ouvrir.

De temps à autre les météorologues déterrent le « grand K » pour vérifier sa constance dans le système de mesures. Il a été ainsi « exhumé » à trois reprises à ce jour (1889, 1948 et en 1989). Dernièrement les météorologues ont découvert que la masse du prototype avait légèrement varié contrairement à celle de six copies témoins réalisées à la même époque.

Bye bye le « grand K »

Cette variation est insignifiante pour les profanes lorsqu’ils vont acheter de la viande, du riz bon local ou de la farine au marché. En revanche, elle est d’une lourde conséquence dans le cas des sciences et de l’industrie. Celles-ci étant entrées dans l’ère de l’infiniment petit avec notamment les technologies quantiques.

Il était donc nécessaire de fixer la valeur du kilogramme dans une donnée immuable. D’où le remplacement du « grand K » par la constante de Planck (h), une loi de la nature que l’on sait immuable quoi que l’homme fasse. Par conséquent, le kilogramme entre dans la catégorie des 7 unités qui ne dépendent pas d’un objet matériel avec le mètre, la seconde, l’ampère, entre autres.

Deux systèmes de constante de Planck en vigueur

La constante du Planck repose sur deux méthodes de calcul que sont la balance de Watt et le projet Avogardro. La première est un appareil qui permet de convertir une masse physique en puissance électrique et vice-versa. Elle est utilisée par les Français, les Américains et les Canadiens. La seconde consiste à compter le nombre d’atomes d’une sphère de silicium considérée comme la plus ronde au monde. Elle est adoptée par les Italiens et les Allemands.


Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1754688 : 1.67 mb
MEMORY : 1496992 : 1.43 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.